Maîtriser les finances publiques, une responsabilité collective

Maîtriser les finances publiques, une responsabilité collective

Maîtriser les finances publiques, une responsabilité collective 1920 1199 Franck Raynal

Notre pays est endetté. Qu’il s’agisse de l’Etat, des collectivités territoriales ou encore des organismes publics, tous ont leur part de responsabilité dans la situation financière déficitaire qui, aujourd’hui, pèse sur le contribuable français et impacte la mise en œuvre de nos politiques publiques tant au niveau national que local.

Les collectivités au cœur de l’effort

Depuis 2014, sur décision du gouvernement, les collectivités territoriales ont vu leur financement public diminuer de façon drastique. Allier maintien de la qualité du service public et politique d’investissement avec un financement public amoindri : c’est la délicate équation à laquelle tous les Maires de France ont dû s’atteler non sans mal. Pessac y a pris sa part sans augmenter les impôts, contrairement au département qui les a augmenté de plus de 11%.

Les citoyens attentifs

Finie l’époque où le recours systématique à l’emprunt sous couvert d’investissement, ou l’augmentation intempestive des impôts locaux pour équilibrer le budget étaient monnaie courante. Non seulement les collectivités ne le peuvent plus mais surtout nos concitoyens ne le veulent plus. Et c’est bien normal ! Le pouvoir d’achat stagne mais pas la pression fiscale à laquelle sont soumis les Français. Nos concitoyens en ont assez de payer toujours plus d’impôts.

Les mauvaises habitudes ont la dent dure…

Lorsque j’entends l’opposition, en conseil municipal, me reprocher un manque d’ambition dans la politique menée car la ville peut emprunter plus et n’est pas suffisamment endettée, j’avoue ma consternation. Nous avons pu réaliser tous les investissements structurants sans impacter le fonctionnement quotidien des services municipaux. Les efforts de gestion ont été réalisés, dès lors, pourquoi s’endetter ?

J’estime que l’ambition d’une ville ne se mesure pas à son taux d’endettement mais bien aux projets qu’elle porte. C’est de n’accorder que peu d’importance à l’agent du contribuable que de raisonner ainsi. Je suis fier de pouvoir réaliser des investissements sans recours à l’emprunt et en réduisant notre dette.